Punta Arenas et l’île Magdalena

Punta Arenas, presque le bout du monde. Nous sommes venus ici principalement pour aller voir des pingouins. Punta Arenas est une assez grande ville de 130.000 habitants, mais son centre-ville est très petit. Une fois le tour de la Plaza de armas fait et les deux rues adjacentes parcourues, pas grand-chose à y faire, si ce n’est un point de vue depuis lequel le panorama sur les toits colorées de la ville est assez mignon.

La première journée, n’ayant pu partir sur l’île Magdalena comme vous l’a expliqué Jules, nous sommes allés visiter la réplique du bateau de Magellan dans un premier temps. Après cette belle découverte, nous avons fait un arrêt au cimetière de la ville. Oui c’est un peu curieux mais il est l’un des plus beaux au monde selon les dires des guides de la région. Nous y avons fait une petite balade, mais avons très vite eu l’impression de ne pas être à notre place lorsque les tombeaux se sont transformés en berceaux… ;-(

Nous avons donc profité de ses 3 jours à Punta Arenas pour faire pas mal d’école le matin en prévision de nos retrouvailles avec la famille Happytrip1234, (Clément et Sarah et leurs filles Louise et Méryl que nous avions rencontrés en Nouvelle-Zélande), on aura certainement plus envie de profiter tous ensemble que de jouer aux instituteurs !

IMG_0610

Le vent violent de la veille avait donc eu raison de notre première tentative pour aller voir l’île les pingouins sur l’île Magdalena et le cargo était resté à quai. Ce matin, c’est notre jour de chance, Punta Arenas se réveille avec une petite brise et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous partons retenter notre chance. Les ¨pingouinos¨ comme on dit en espagnol nous attendent ! Sauf qu’en français, ce sont des manchots, les naturalistes quelques fois chipotent un peu je trouve. Bon, vous avez compris on va voir le truc noir et blanc qui ressemble à un drôle de fer à repasser et se déplace en dandinant, voilà c’est ça! 😉

Nous arrivons dans un vacarme d’enfer à l’embarcadère avec notre FerraFiat, tellement pleine de poussière que l’on ne peut même presque plus distinguer le visage des gringos qui s’y trouvent à l’intérieur ! ¨Hola Muchachos, somos los Romeos¨, « C’est nous ou c’est pas nous ?!¨ (bon je sais, c’est bizarre, mais c’est notre cri de guerre depuis le départ, notre signature quoi) et on se tape dans les mains en famille. Quelques chiliens autour de nous, nous regardent d’un air circonspect, faut dire qu’on à la dégaine avec notre FerraFiat, nos coupe-vents et ¨los dos pequeños gringos¨ qui nous suivent partout. Ils nous prennent certainement pour des gitans, des gens du voyage et bien oui ! C’est ça ! Nous avons changé nos peaux de sédentaire pour sillonner le monde, changé nos habitudes pour explorer les contrées lointaines du globe, nous sommes devenus à notre tour des gens du voyage et fiers de l’être !

Un gros cargo rouge nous attend à quai : Le Melinka, pour une traversée d’1heure 45 minutes environ vers l’île Magdalena. Chemin faisant, ou plutôt ¨flot faisant¨, nous apercevons plusieurs beaux dauphins noirs et blancs, ils sont endémiques de cette zone australe selon les explications à bord du navire. Ils sont petits et sautent dans le sillage du bateau avec une agilité impressionnante, cela nous fait un peu d’attraction et les enfants s’en émerveillent.

A notre arrivée sur l’île, la proue du bateau se transforme en pont-levis et s’ouvre doucement devant nous à la manière d’une embarcations militaire amphibie. On a l’impression d’être des fantassins qui débarquent sur une terre inconnue. L’île est déserte, aucun arbre, aucune habitation à l’horizon, seul un phare vient rompre l’horizontalité du décor et se dresser fièrement en sentinelle des mers. Les guides nous annoncent clairement que nous devons respecter une distance minimum d’un mètre entre nous et les pingouins… bon, plus prêt de toute manière il aurait fallu parler couramment le pingouin me dis-je.

DSC06947

Nous disposons d’1heure de visite seulement, c’est une autorisation stricte délivrée par un organisme national de protection de la nature. Même si cela paraît un peu stressant et stricte pour nous autres les touristes, ça reste cependant nécessaire pour préserver un environnement naturel très vulnérable des mauvaises empreintes de l’homme.

DSC06991

Notre chemin très étroit (pas plus d’1m50 de large) est balisé tout du long par des cordages adjacents. Nous sommes un peu tassés au départ puis le cortège finit par s’étendre au fur et à mesure laissant plus d’espace entre les personnes. Tout autour de nous, des manchots par milliers vont et viennent en se dandinant à la manière de Charlie Chaplin. Il ne leur manque que la moustache et le chapeau melon étant donné qu’ils sont déjà en noir et blanc comme les films d’époque. L’île est littéralement criblée de trous, ce sont les nids de ces oiseaux bizarres qui n’ont pas grand-chose à voir avec des oiseaux en fait. N’en dérange les plus érudits des naturalistes, un pingouin ou un manchot pour moi, ce n’est pas un oiseau ¨fonctionnellement¨ parlant. Il ne vole pas, il n’a pas de plume mais un duvet, n’a pas d’ailes mais des nageoires qui lui permettent de nager mieux que n’importe quel poisson (35 nœuds sous l’eau et peut aller jusqu’à 500 mètres de profondeur !), il creuse des trous comme une taupe pour y faire un terrier alors je vous le demande, qu’a-t-il d’un oiseau ? Bon, oui je vous l’accorde, il fait des œufs et à un bec comme un oiseau mais mis à part ça ?

Je pense que je vais faire un courrier au ¨bureau des espèces naturelles¨ pour proposer une reclassification des manchots et pingouins dans une nouvelle catégorie, à définir. Toutes les idées sont les bienvenues ! 😉

 

Au fur et à mesure de notre balade, je me dis que ce sont nous certainement les drôles d’oiseaux pour eux. Après tout ils sont chez eux et nous sommes les envahisseurs non ? J’ai comme l’impression que l’arroseur est arrosé, ils nous observent comme si nous étions des extra-terrestres arrivés d’une autre planète à bord d’un grand vaisseau. Nous défilons devant eux comme les images défilent sur notre écran TV.

DSC06998

Ils nous regardent, bien assis au fond de leur nid douillet, et je me dis qu’il ne leur manque plus que les popcorns pour regarder leur série télévisée quotidienne préférée : L’invasion des touristes. Nous en sommes les héros et quelque part aussi des pingouins, me dis-je.

DSC07091

C’était une sacrée bonne journée, même si je n’aime pas beaucoup que l’on me prenne pour …un pingouin.

DSC06958

Ca complote dans notre dos on dirait …

DSC07012

JADE…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

LA JOURNÉE DES PINGOUINS

  Aujourd’hui Nous avons retenté notre chance pour aller voir les pingouins et on a pu y aller. Un gros bateau nous attendait (un cargo) dans le bateau nous avons croisé des dauphins,

Le trajet était long, en arrivant à l’île des pingouins tout le monde était excité pour aller voire les pingouins. En visitant l’île nous avons entendu des cris de pingouin.

Le papa pingouin creuse son trou comme une petite tope.

Maman et papa ont adoré la façon d’on il marche, on na trouvaient les bébés pingouins mignons.

Maman et moi nous avons vu un pingouin qui avez la vue sur la mer depuis son nid c’était marrant. Il y avait aussi des pingouins qui traversaient sur le chemin.

Bon bref c’était marrant.

JADE !!!

8 réflexions sur “Punta Arenas et l’île Magdalena

  1. mamy dit :

    Bravo ma Jadou ton commentaire était très mignon. les pingouins vus avec tes yeux d’enfant sont encore plus sympathiques. tu as bien travaillé toi aussi. vous allez pouvoir faire un super livre en rentrant. de gros bisous ma jolie poupette.

    J'aime

  2. berthier dit :

    bravo la famille Roméo pour tous ces récits que nous dégustons , nous aussi en famille cette semaine avec Flore et Nina depuis Cordon 74 France (petite station de ski aux antipodes de vos balades !!) Bisous à tous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s